top of page

Pourquoi l'érable coule dans nos veines?

Tous s'accordent pour dire que printemps et arrivée des températures clémentes riment avec temps des sucres. Dans un contexte habituel, dans la région de L’Érable et partout au Québec, les mois de mars et d'avril voient se succéder les parties de sucres et les rassemblements familiaux. Chaque cabane reçoit parents et amis pour un « repas de cabane » traditionnel et pour déguster la fameuse tire sur la neige. Mais ça, ça se passe partout au Québec. Alors pourquoi ici, on dit que c'est la région de L’Érable et pas ailleurs?


Pourquoi L’Érable?

Bien d’autres noms pourraient évoquer les atouts de notre territoire, tels que la métallurgie, dont le bronze, le développement durable ou la culture de petits fruits comme la canneberge par exemple. Toutefois, l’acériculture demeure un secteur d’activité d’importance dans la région.

Une des particularités de la MRC de L’Érable est la présence de ses forêts d’érables et de nombreuses entreprises qui gèrent, transforment et commercialisent cette ressource naturelle de plusieurs façons : transformation de produits d’érable, exploitation d’érablières, foresterie, usinage du bois et ébénisterie. Ainsi, les retombées économiques imputables à l’acériculture et à la production relevant de l’érable sont d’envergure dans la région.

L'une des entreprises ayant grandement contribué à attribuer à Plessisville le titre de "Capitale mondiale de l’érable" en 1976 est Citadelle, coopérative de producteurs de sirop d’érable.


Saviez-vous que ?

Citadelle possède la plus grande capacité mondiale d’entreposage de sirop d’érable avec ses 8 millions de livres de sirop qui peuvent être entreposées dans les 38 réservoirs d’acier inoxydable à l’usine de Plessisville. Des milliers de barils de sirop d’érable y transitent chaque année.



Citadelle, fondée en 1925, positionne la feuille d’érable comme référent identitaire à l’étranger. Ses dirigeants ont également participé à la mise sur pied, en 1959, du premier Festival de l’Érable à Plessisville.


L’Érable, haute en couleurs!

Que ce soit en sillonnant les routes de la région, en participant aux festivals, en visitant l'une des érablières commerciales de la région ou en découvrant les divers attraits touristiques, vous aurez l'occasion de découvrir comment la région est intimement liée à l’érable et à son exploitation.

Festivités

Pour fêter le temps des sucres, pas moins de deux événements dédiés à l'acériculture se tiennent dans la région au printemps!

Le Festival des Sucres de St-Pierre-Baptiste, pour sa part, fut d’abord créé en 1958 comme une fête à la tire suivie d’un souper traditionnel pour ramasser des fonds pour la Fabrique. Il est aujourd’hui devenu une festivité incontournable de la région se déroulant sur trois jours. Musique, artisans, partie de sucre, bingo et autres activités sont au rendez-vous!


Un des plus vieux festivals de la province après le Carnaval de Québec, le Festival de L’Érable de Plessisville a été lancé dans l’objectif de favoriser la consommation et la vente de produits de l’érable. Pour la première édition en 1959, Plessisville accueille plus de 8 000 visiteurs. Concours de beurre d’érable, spectacles, courses de bazous, démonstrations culinaires et parade colorent cet événement.

Les couleurs de L’Érable

Entre ses plaines et ses collines, la région de L’Érable séduit par la présence de nombreux boisés composés d’érables. Les feuilles de ces arbres, qui changent de couleurs à l’automne entre la mi-septembre et la mi-octobre, offrent un magnifique paysage dégradé de couleurs chaudes, dans une palette de jaunes, d’oranges et de rouges. Randonneurs et touristes peuvent alors contempler ces magnifiques panoramas que ce soit en vélo, en voiture ou en randonnée pédestre.

10 vues

Commentaires


bottom of page